PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
71 livres disponibles
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

99 francs (14,99 €)

 
 
 
 
Echange '99 francs (14,99 €)' par 'Frédéric Beigbeder' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Livre d'occasion format poche : 298 pages (159 g)
Editeur : 

Gallimard

Edition : 
10 juin 2004
Langue : 
Français
Catégorie : 

1 point
En cours d'échange
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion

Il y a 1 pochetroqueur en train de lire 99 francs (14,99 €) de Frédéric Beigbeder.
99 francs (14,99 €) de Frédéric Beigbeder a été lu par 18 pochetroqueurs.
99 francs (14,99 €) de Frédéric Beigbeder est dans la PAL de 1 pochetroqueur.

 
99 francs (14,99 €), Frédéric Beigbeder
 
«En ce temps-là, on mettait des photographies géantes de produits sur les murs, les arrêts d'autobus, les maisons, le sol, les taxis, les camions, la façade des immeubles en cours de ravalement, les meubles, les ascenseurs, les distributeurs de billets, dans toutes les rues et même à la campagne. La vie était envahie par des soutiens-gorge, des surgelés, des shampoings antipelliculaires et des rasoirs triple-lame. L'oeil humain n'avait jamais été autant sollicité de toute son histoire : on avait calculé qu'entre sa naissance et l'âge de 18 ans, toute personne était exposée en moyenne à 350 000 publicités. Même à l'orée des forêts, au bout des petits villages, en bas des vallées isolées et au sommet des montagnes blanches, sur les cabines de téléphérique, on devait affronter des ogos "Castorama", "Bricodécor", "Champion Midas" et "La Halle aux Vêtements". Il avait fallu deux mille ans pour en arriver là.»
 
Commentaire de A.H. (Pochetroqueuse - ) - 4 janvier 2014
 
Note: 2 sur 5
 
Beaucoup de vulgarité inutile
 
Alors que l'idée du publicitaire se révoltant contre sa profession était une bonne idée de départ, la façon de décrire son quotidien dans une débauche de vulgarité m'a déçu de cet écrivain dont je me faisais une tout autre idée !! Roman que je ne recommanderai pas.
 
 
Commentaire de M.L.C. (Pochetroqueuse - ) - 31 janvier 2013
 
Note: 2 sur 5
 
Et en euros, ça fait combien ?
 
Ce roman, c’est la victoire du name-dropping sur la littérature, c’est un slogan et un clip publicitaire sur plus de 250 pages. Octave/Frédéric Beigbeder nous montre comment la publicité mène le monde et manipule les consommateurs. « L’hédonisme n’est pas un humanisme : c’est du cash-flow. » (p. 20) Rien de très surprenant : il faudrait être somptueusement crétin pour ignorer que la consommation n’est plus la réponse à un besoin, mais la création de désirs inassouvissables. « Pour savoir que l’argent ne fait pas le bonheur, il faut avoir connu les deux : l’argent et le bonheur. » (p. 201 & 202) Si vous voulez savoir ce qui fait le bonheur, ce n’est pas ce roman qui vous le dira. Ne soyez pas triste, reprenez un rail ou faites les courses. Si le ton est volontiers insolent et désabusé, il est de ceux qui m’ennuient et m’agacent. Et, surtout, le message ne me convainc pas : personne n’est obligé de subir la société de consommation et je ne parle pas seulement des pratiques des adeptes de la décroissance.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une sélection d'autres livres de Frédéric Beigbeder
 
 
 
 
L'Amour dure trois ans
 
 
Nouvelles sous ecstasy
 
 
Mémoires d'un jeune homme dérangé
 
 
Windows on the World - Prix Interallié 2003
 
 
Vacances dans le coma
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
Rocheflame
(Claude Michelet)
 
 
Un long dimanche de fiançailles
(Sébastien Japrisot)
 
 
Allez, France !
(Janine Boissard)
 
 
Va voir maman... papa travaille !
(Dorin Françoise)
 
 
Va voir maman... papa travaille !
(Françoise Dorin)