PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
92 livres disponibles, 5 livres reçus par abonné en novembre : PocheTroc ça marche !
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

Alger la noire

 
 
 
 
Echange 'Alger la noire' par 'Maurice Attia' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Auteur : 
Livre d'occasion format poche : 384 pages (300 g)
Editeur : 

Babel

Edition : 
1er février 2006
Langue : 
Français
Catégorie : 

2 points
En cours d'échange
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion
 
Présentation de l'éditeur
 
Alger, 1962 : un monde finit de se décomposer, bientôt l'Algérie sera indépendante et l'ORS mène son baroud d'honneur. Sur la plage de Padovani, à Bâb-el-Oued, deux gamins ont trouvé les corps d'Estelle et de Mouloud : une balle dans le coeur pour elle, une autre dans la nuque pour lui et trois lettres gravées sur son dos... Paco Martinez, inspecteur de police qui refuse envers et contre tous de prendre parti dans cette guerre, va, avec un acharnement dérisoire, s'emparer de cette affaire pour échapper à la guerre civile et fuir le chaos de son univers. Epaulé, un temps, par Choukroun, son coéquipier et ami, puis par Irène, sa flamboyante maîtresse, Paco, fils d'un anarchiste espagnol assassiné durant la guerre d'Espagne, sera inévitablement rattrapé par son histoire lorsque sa grand-mère, sombrant, à l'image de la ville, dans la démence, lui fera perdre quelques illusions. Menant son roman noir à quatre voix, l'auteur nous entraîne dans l'univers glauque d'une famille de la bourgeoisie algéroise, avec ses secrets, ses perversions et ses conflits de loyauté. Mais qu'importe alors la mort de deux individus, quand, à Bâb-el-Oued, la folie et le désespoir engendrés par les "événements d'Algérie" forcent des êtres résignés à tout abandonner ou à tout détruire ?
 
Commentaire de FanLivre (MR) (Pochetroqueuse - Courbevoie) - 24 février 2016
 
Note: 5 sur 5
 
Polar historique
 
Ce roman est certes un roman policier, mais c’est, surtout, un roman noir… très noir.

On y retrouve tous les ingrédients d’un excellent polar : crimes, rebondissements, sexe (et même inceste), mal-être, secrets de famille, personnages ambigus et situations glauques. Mais, énorme cerise sur le gâteau, cela se passe à Alger dans les dernières semaines de l’Algérie française, cette période où "Alger la Blanche", lumineuse, va devenir "Alger la Noire", mortifère.

Roman polyphonique à 4 voix : le policier Paco Martinez, sa grand-mère qui l’a élevé, son collègue Choukroun et sa compagne Irène ; chacun s’exprime de manière différente ce qui donne beaucoup de relief au roman.

Mais, à mes yeux, l’intérêt principal est dans le contexte historique. L’intrigue se déroule à Bab-El-Oued, quartier d’Alger où se côtoyaient en parfaite harmonie différentes communautés de petites gens, très représentatifs de la majorité des Français d’Algérie. Tout cela va exploser dans la violence et la barbarie : pertes de repères, haines aveugles et/ou fratricides, vengeances, assassinats "gratuits" ; on assiste à l’effondrement d’un monde. On a presque l’impression que les crimes sur lesquels enquête Paco sont de la "petite bière" à côté de ce déchaînement d’horreurs. Paco reste le dernier, avec Choukroun, à essayer de faire son métier alors que tout le commissariat ne se donne plus la peine d’ouvrir des enquêtes et sert de relais à l’OAS (dissidents de l’armée française et leurs sympathisants pratiquant la politique de la terre brûlée). Un ingrédient supplémentaire de bon polar : la solitude du héros qui navigue à contre-courant tout en ne se faisant aucune illusion sur l’issue inéluctable des évènements.

A l’instar de Lucky Luke, sur le bateau de l’exil qui l’éloigne d’Alger, Paco pourrait dire "I’m a poor lonesome cop" (ce départ constitue le prologue et l’épilogue du roman)…

Un excellent roman noir, une lecture recommandée.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une sélection d'autres livres de Maurice Attia
 
 
 
 
Pointe Rouge
 
 
Paris blues
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
A-t-on tué Susan ?
(Jean-Marie Valente)
 
 
Avanti la musica !
(Charles Exbrayat)
 
 
Baka !
(Dominique Sylvain)
 
 
Arrêtez-moi là !
(Iain Levison)
 
 
Les mystères de la Tamise : Le bourreau passe à minuit, my Lord !
(Ewan Blackshore)