PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
71 livres disponibles
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

L'éternité n'est pas de trop

 
 
 
 
Echange 'L'éternité n'est pas de trop' par 'François Cheng' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Auteur : 
Livre d'occasion format poche : 246 pages (140 g)
Editeur : 

LGF - Livre de Poche

Edition : 
3 novembre 2003
Langue : 
Français
Catégorie : 

1 point
livre indisponible
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion

L'éternité n'est pas de trop de François Cheng a été lu par 5 pochetroqueurs.

 
L'éternité n'est pas de trop, François Cheng
 
Au XVIIe siècle, à la fin de la dynastie Ming - époque de bouillonnement et de bouleversement, où l'Occident même était présent avec la venue des premiers missionnaires jésuites en Chine -, dans un monastère de haute montagne, un homme qui n'a pas encore prononcé ses vœux se décide à quitter ce lieu de paix et de silence pour retrouver, trente ans plus tard, la seule femme qu'il ait jamais aimée. Un roman d'envoûtement et de vérité, récit d'une passion - celle d'un Tristan et Iseult chinois, avec ses codes et ses interdits aussi précis que stricts - qui n'est pas seulement affaire de cœur et des sens, mais engage toute la dimension spirituelle de l'être, ouvrant sur le mystère de l'univers et le transfigurant
 
Commentaire de FanLivre (MR) (Pochetroqueuse - ) - 4 octobre 2018
 
Note: 4 sur 5
 
Délicat
 
J’ai lu ce livre après une lecture plombante (‘’Orphelins 88’’ de Sarah Cohen-Scali, excellent roman historique) où j’ai été confrontée à la violence de l’Histoire ; sans oublier la difficulté de vivre dans notre société où prévalent de plus en plus individualisme, exhibitionisme (télé réalité, étalage de vie intime via les portables dans les lieux publics ou via Facebook et autres réseaux sociaux), matérialisme et instantanéité.
Dans ’’L’éternité n’est pas de trop’’, j’ai trouvé sérénité, poésie, subtilité, altruisme, don de soi, pudeur, spiritualité et lenteur… je ne pouvais qu’apprécier.

Pour donner un aperçu de ce roman j’emprunterai deux phrases d’un autre livre de François Cheng : «Bien nombreux, se tapissant partout, sont les obstacles extérieurs. Mais les êtres à l'âme élevée ne se rendent pas : ils sont aptes à transmuer l'absence en présence.» (in ‘’Quand reviennent les âmes errantes’’).

Il n’y a pas d’histoire, ou plutôt, celle-ci n’est qu’une toile de fond lointaine pour cette quête spirituelle : le dépassement d’un amour charnel impossible dans une société ligotée par les traditions et les séparations de castes ; c’est la sublimation d’un immense amour intériorisé.
Mais, si poétique soit-elle, cette quête n’est pas dénuée de sensualité ni d’une lutte pour les amants contre le désir charnel : «Sans doute, avant la rencontre, leur pensée a-t-elle été frôlée par l’informulé ou l’inavoué. Sans doute Dao-Cheng a-t-il vaguement espéré, audace inouïe, une forme inouïe d’intimité. Mais toutes les velléités se sont évanouies devant cette évidence. Dans l’état présent de leurs sentiments, marqués par la pudeur millénaire et la lointaine aspiration, rapprocher leurs corps n’est pas une perspective possible encore. Pour eux, plus urgent, plus intense qu’une étreinte qui les mettrait dans la gêne, est le regard qui s’offre comme le cadeau le plus précieux.» Les fêtes religieuses qui se succèdent sont l’occasion de brèves mais intenses retrouvailles ; comme cette fête de la Lune qui inspire cette prière à Dao-cheng : « Laisse-moi pénétrer ton jardin, tel un rayon de lune. Il éclairera tout sans rien bousculer. (…) Je comprends ta nostalgie. Tu es allée bien loin. Peut-être trop loin pour moi. Mais, crois-moi, je saurai te suivre. J’aurai toute la patience exigée. L’éternité n’est pas de trop pour que je te rejoigne.»
Cet amour, sublimé par le temps, s’inscrit dans la durée de cette vie et des suivantes : «L’essentiel est que nous sommes déjà ensemble, aussi ensemble que si nous nous voyions. En cette vie et en une autre vie, âmes liées à jamais inséparables.».

François Cheng évoque l’arrivée des premiers jésuites en Chine. Les rencontres entre Dao-cheng, moine taoïste, et l’un d’entre eux donnent lieu à d’intéressants échanges sur divers sujets dont l’amour, qui l’aideront dans sa quête.

Un conte magnifié par la plume fine et délicate de François Cheng.



PS : Membre de l'Académie Française, François Cheng a été élu au siège de Jacques de Bourbon Busset. Je ne sais pas s’il s’agit d’un hasard ou si c’est un choix délibéré, mais la langue française sous ces deux plumes est un pur régal. Je vous recommande ‘’Lettre à Laurence’’ de J. de Bourbon Busset.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une sélection d'autres livres de François Cheng
 
 
 
 
Le Dialogue : Une passion pour la langue française
 
 
A l'orient de tout
 
 
Sagesse millénaire en quelques caractères. Proverbes et maximes chinois
 
 
Regenbogen überm Jangtse
 
 
Double Chant
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
Rocheflame
(Claude Michelet)
 
 
Le quatuor indien, tome 1 : Le joyau de la couronne
(Paul Scott)
 
 
Un long dimanche de fiançailles
(Sébastien Japrisot)
 
 
Saint-Sépulcre !
(Patrick Besson)
 
 
Ça peut pas rater !
(Gilles Legardinier)