PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
142 livres disponibles, 5 livres reçus par abonné en août : PocheTroc ça marche !
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

La route

 
 
 
 
Echange 'La route' par 'Cormac McCarthy' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Auteur : 
Livre d'occasion format poche : 251 pages (140 g)
Editeur : 

Points

Edition : 
7 mai 2009
Langue : 
Français

1 point
En cours d'échange
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion

Il y a 1 pochetroqueur en train de lire La route de Cormac McCarthy.
La route de Cormac McCarthy a été lu par 31 pochetroqueurs.
La route de Cormac McCarthy est dans la PAL de 1 pochetroqueur.

 
La route, Cormac McCarthy
 
L'apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres. On ne sait rien des causes de ce cataclysme. Un père et son jeune fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d'objets hétéroclites et de vieilles couvertures. Ils sont sur leurs gardes car le danger peut surgir à tout moment. Ils affrontent la pluie, la neige, le froid. Il ne reste des hommes que les cadavres ou des silhouettes implorantes proches de leur dernier souffle. Le père et le fils ont peur, mais marchent vers la mer.
 
Commentaire de D.G. (Pochetroqueuse - Courbevoie) - 3 novembre 2013
 
Note: 2 sur 5
 
AMES SENSIBLES, S'ABSTENIR!!!
 
Moi aussi je fais partie de ceux qui n'ont pas adhéré à LA ROUTE. Pourtant, j'avais envie de lire ce livre au vue des nombreuses critiques positives que j'avais lues ici ou là.
Mais ce roman, ne pas pas plu du tout! Le style d'écriture est simpliste les dialogues quasi inexistants, à la fin, je n'en pouvais plus des "d'accord"!
Mais le pire c'est l'ambiance, OK je savais que l'histoire parlait d'un père et d'un fils luttant pour leur survie dans un monde post apocalyptique, mais je ne m'attendais pas à tant de descriptions macabres tout le long du roman .
Au début, optimisme dans l'âme, je me suis dit "allez continue, çà va se finir bien à la fin du roman!", mais arrivée à la page 200, j'avais lu plus d'horreurs que je puisse en supporter..quelque que soit la fin (que je ne veux pas dévoiler dans ma critique)!
De plus, j'ai trouvé dommage qu'il n'y ait pas d'explications de pourquoi et comment est arrivée la catastrophe. Il y a quelques allusions au début mais plus de précisions ensuite.
 
 
Commentaire de C.L. (Pochetroqueuse - Conlie) - 25 septembre 2013
 
Note: 4 sur 5
 
Dense intensité
 
Exploration dense du sens de l'existence quand il ne reste rien, d'une violence qui ne cède pas à la facilité - lecture prenante.
 
 
Commentaire de Llooth (Pochetroqueuse - Hagondange) - 10 août 2013
 
Note: 5 sur 5
 
Captivant
 
Dans un monde de cendres, un père et son fils font route vers le sud après l'apocalypse. Poussant un caddie chargé de maigres ressources, ils font de leur route une odyssée noire et désertique, se cachent des voleurs et cannibales.
On ressent la souffrance et le désespoir de ces personnages, de ce père qui fait tout pour protéger son fils de ce monde cruel et ces visions d'horreurs.
L'écriture est déroutante, l'atmosphère lourde, pesante et les personnages attachants, tellement attachants que l'on ne s'attend pas à cette fin.
 
 
Commentaire de C.V.D.M. (Pochetroqueuse - La ville du bois) - 18 mars 2013
 
Note: 1 sur 5
 
QU'IL EST LONG TON CHEMIN PAPA
 
Tellement long que j'ai décroché en route (sans mauvais jeu de mots) car je ne voyais pas la fin du voyage et trop de noirceur, ça finit par me miner. Alors j'ai triché et me suis rendue à la fin du roman ... je crois qu'ils sont toujours en train de errer quelque part sur un chemin dévasté. Très peu pour moi. En revanche, "Je suis une légende" (qui devrait être traduit par Je suis légende), la Planète des singes et l'homme bicentenaire appartiennent à la SF et sont vraiment remarquables.
 
 
Commentaire de M.L.C. (Pochetroqueuse - ) - 9 février 2013
 
Note: 5 sur 5
 
Une route sans fin
 
Dans un monde de cendres froides et de jour indistinct, après une apocalypse dont l’origine reste incertaine, un homme et son fils vont vers le sud, vers la mer, sur la route, « noir ruban du macadam menant de ténèbres en ténèbres. » (p. 230) Poussant un caddie chargé de maigres et éphémères ressources, ils vivent une odyssée noire et désertique. La peur au ventre, ils se cachent des voleurs et des hordes de cannibales qui sillonnent le territoire à la recherche de proies. Il est impossible de rien prévoir et la vie se déroule comme une bobine fatidique. « Aucune liste de choses à faire. Chaque jour en lui-même providentiel. Chaque heure. Il n’y a pas de plus tard. Plus tard, c’est maintenant. » (p. 54)
L’anonymat des personnages répond à l’anonymat d’un monde sans visage, défiguré par un mystérieux mais inéluctable Armageddon. Quand tout a brûlé, il est vain de nommer les êtres et les choses. Être vivant constitue une identité à part entière dans un monde où les hommes se font rares. Les paragraphes sont courts et il y a peu de ponctuation, très peu de virgules notamment. On ne reprend pas son souffle ici : la phrase butte sur un point et repart dans un sursaut. Les pauses sont dangereuses et toujours rares.
 
 
Commentaire de L.D. (Pochetroqueuse - Ledinghem) - 20 janvier 2013
 
Note: 4 sur 5
 
Surprenant
 
Je ne suis pas trop fan de SF d'habitude mais je me suis laissée tenter par les bonnes critiques de ce livre. Et je n'ai pas été déçue. Je n'ai mis que 3 jours à finir le récit de ce parcours desespéré d'un homme et de son jeune fils. Le style de l'auteur reproduit parfaitement l'atmosphère qui règne tout au long de ce voyage. Et à chaque page, on ressent la souffrance de ces 2 êtres en se demandant: pour aller où? pour faire quoi?
Le seul bémol que je mettrais est que même à la fin, on ne répond pas tout à fait à la question posée en 4ème de couverture: "survivront-ils à leur voyage?"
 
 
Commentaire de CL (Pochetroqueuse - Rambouillet) - 29 décembre 2012
 
Note: 4 sur 5
 
C'est beau
 
...mais c'est triste
 
 
Commentaire de M.M. (Pochetroqueuse - Venelles) - 20 juillet 2012
 
Note: 4 sur 5
 
Déroutant
 
Habituellement je déteste les livres de S.F mais celui-ci m'a bouleversée. Je ne suis pas arrivée à le lâcher tellement je me suis projetée dans ce futur sinistre et l'histoire m'a hantée longtemps.
Je le recommande fortement.
 
 
Commentaire de ANGELIK (Pochetroqueuse - Manziat) - 20 juin 2012
 
Note: 4 sur 5
 
Idée originale...
 
Superbe histoire, idée originale.
 
 
Commentaire de SMD (Pochetroqueur - Lyon) - 2 juin 2011
 
Note: 3 sur 5
 
Hard Boiled
 
Un roman classé en science-fiction car il se déroule dans un futur plus ou moins proche. Mais comme bcp d'ouvrages de ce genre, celui-ci dans un style dépouillé qui est intéressant, il nous donne l'avant goût d'une réalité post-apocalyptique très troublante sur la nature de la condition humaine. Noir noir noir noir. Une très ténue lueur d'espoir toutefois, mais très ambivalente.
C'est un ouvrage qui se lit assez vite, mais qui mériterait une seconde lecture pour prendre le temps d'apprécier le rythme et les messages sous-jacent. La longueur du livre est parfaite. Plus long il aurait probablement ennuyé le lecteur.
Qques aspects liés à la morale, le manichéisme que l'auteur aurait pu toutefois éviter.
 
 
Commentaire de DOMITIANE (Pochetroqueuse - Sainte savine) - 12 janvier 2011
 
Note: 5 sur 5
 
Livre à ne pas lâcher
 
Oui, moi j'ai commencé ce livre un soir, et ne l'ai lâché qu'à la dernière page... J'ai vraiment été tenue en haleine par l'histoire de ce papa qui sacrifie tout pour son enfant à la suite de la destruction de toute vie : animale , végétale et humaine ou presque. Il ne reste sur la terre que quelques humains (mais peut-on encore les appeler ainsi ?) qui pour survivre mangent les plus faibles.
Oui l'écriture est déroutante, mais reflète à mon avis très bien l'atmosphère lourde, épaisse, pesante du désespoir de ces deux êtres qui essaient de survivre le plus longtemps possible.
Pour les amoureux du genre, je recommande ce livre.
 
 
Commentaire de C.P. (Pochetroqueuse - Six fours les plages) - 20 octobre 2010
 
Note: 1 sur 5
 
Essayons de rester polis...
 
Ce livre a reçu le prix Pulitzer : hmmm !
Je pense que les critiques étaient soit ivres, soit drogués, soit les deux au moment de décerner ce prix à cette succession de paragraphes de 4 lignes composés essentiellement de phrases sans verbes surchargées de conjonctions de coordination.
Un style plus que pauvre, une histoire qui peine à démarrer (mais démarre-t-elle vraiment ?), des personnages inintéressants et qui n'ont visiblement rien à se dire, une abondance de qualificatifs pour décrire un décor qui n'évolue pas au fil de l'histoire : tous les ingrédients étaient réunis pour que j'abandonne ce livre au bout de 45 pages (!), ce qui ne m'était jusqu'alors jamais arrivé.

Pathétique.
 
 
Commentaire de Enki Killer (Pochetroqueur - Venelles) - 30 juin 2010
 
Note: 3 sur 5
 
Sympa, mais...
 
... mais les livres de SF traitant du thème de la survie suite à un cataclysme (nucléaire ou autre) ne manquent pas, dont la plupart nettement plus travaillés que le bouquin de Cormac McCarthy. "Je suis une légende", de Richard Matheson, pour n'en citer qu'un.
De plus McCarthy a choisi de remplacer toutes les virgules par des "et", ce qui alourdit énormément le style et ne facilite pas la lecture.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce livre dans d'autres éditions/collections
 
 
 
 
Non disponible
 
 
Bientôt disponible
 
 
 
 
 
 
 
Une sélection d'autres livres de Cormac McCarthy
 
 
 
 
All the Pretty Horses
 
 
La route : Edition collector
 
 
The Border Trilogy
 
 
The road
 
 
The Road
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
Le prince blessé
(René Barjavel)
 
 
L'assassin royal, tome 2 : L'assassin du roi
(Robin Hobb)
 
 
Les planètes meurent aussi
(Barrington J. Bayley)
 
 
Opération Epsilon
(Jean-Pierre Garen)
 
 
Les cinq rubans d'or
(Jack Vance)