PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
71 livres disponibles
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

Le passeur de lumière

 
 
 
 
Echange 'Le passeur de lumière' par 'Bernard Tirtiaux' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Auteur : 
Livre d'occasion format poche : 395 pages (200 g)
Editeur : 

Gallimard

Edition : 
23 février 1995
Langue : 
Français
Catégorie : 

1 point
En cours d'échange
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion

Le passeur de lumière de Bernard Tirtiaux a été lu par 3 pochetroqueurs.

 
Le passeur de lumière, Bernard Tirtiaux
 
" La lumière est diffuse ", dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre. " Elle est fugace, changeante, capricieuse. Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n'auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n'auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Qu'importe! Tes pas partent du feu et tu dois atteindre le feu, devenir un maître en ton art. "
Nivard ne déçut pas le chevalier qui attendait de lui la plus vertigineuse escalade jamais rêvée vers la lumière. Animé par une passion presque charnelle pour le verre et ses sortilèges, il récolte d'Orient en Occident les couleurs alchimiques de nos cathédrales. Il oeuvre en Bavière, à Saint-Denis, au Mans, à Chartres...
La quête déchirée de ce " passeur de lumière " sera alors celle d'un artisan sublime, funambule oscillant entre le ciel et l'ombre...
 
Commentaire de FanLivre (MR) (Pochetroqueuse - ) - 14 septembre 2018
 
Note: 4 sur 5
 
Entre ciel et ténèbres...
 
Epopée humaine et spirituelle sur fond historique (le Moyen-Age), ce roman d’apprentissage mêle lumière et ombres ; le destin de Nivard (apprenti, puis maître-verrier) est tissé de bonheurs et de malheurs ou, plutôt, d’immenses joies et de drames profonds. Car ce taiseux ne fait pas les choses à moitié, ce qui lui permet de devenir un maître reconnu et recherché.
On suit avec intérêt son parcours entre occident et orient, entre amour et insondable désespoir, entre catholicisme et islam et on partage les préparatifs puis les aléas d’un voyage vers l’orient en compagnie d’anciens croisés, à la rencontre de templiers et à la recherche du secret de la lumière et des couleurs. On s’initie à l’art du vitrail qui va être porté à son apogée à cette époque et aux difficultés de ces artisans. Une vie de labeur, de recherches, de déceptions, mais aussi de joies ; de dévouement désintéressé également car certains mouraient avant de voir la fin de leurs projets tant ceux-ci prenaient des années pour se concrétiser. C’est d’ailleurs un aspect du roman qui m’a frappée : on ne mesure pas en jours, semaines ou mois, mais en années, voire en décades.

Cependant, plusieurs particularités de ce roman en ont un peu gâché la lecture.
L’auteur, maître-verrier par ailleurs, s’appesantit un peu trop sur le vocabulaire et les techniques à l’époque de cet artisanat et de métiers annexes tels que forge et orfèvrerie ; un luxe de détails qui m’ont semblé répétitifs. J’aime beaucoup les vitraux et ai fait des voyages pour en admirer certains, mais le ‘’côté cuisine’’ poussé à l’extrême ne me passionne pas. Cela alourdit et déséquilibre le roman, à mes yeux.
J’ai eu l’impression d’une histoire utilisant des stéréotypes sur le Moyen-Age : violence (il pleut des morts comme à Gravelotte), obscurantisme voire orgueil poussé jusqu’à l’extrême de beaucoup de religieux, errements de l’Eglise, personnages secondaires caricaturaux : croisés ayant perpétré des massacres abominables et devenus des mercenaires, moines n’ayant de religieux que le nom, hobereaux s’en prenant à tout ce qui passe à leur portée, etc… Seuls quelques rares personnages échappent à ces stéréotypes (les rarissimes amis de Nivard, essentiellement). L’auteur est sûrement un expert dans son art de verrier, mais il aurait dû effectuer davantage de recherches sur l’époque et aurait ainsi pu nuancer le fond historique du roman.


J’ai aimé le personnage de Nivard, taiseux perfectionniste et entraîneur d’hommes, sa soif d’absolu, son souci de se tenir à l’écart d’une Eglise sûre d’elle et de sa vérité et profondément et irrémédiablement amoureux d’une belle orientale dont la mort le laissera amputé physiquement et psychologiquement. J’ai également aimé Soma, le nubien, son dévouement sans limite et sa faculté d’adaptation permanente ; l’amitié entre ces deux hommes est d’une force inouïe (‘’Nivard n’a jamais éprouvé le besoin de questionner Soma sur son passé, et son compagnon de même, comme s’ils redoutaient tous deux d’endommager par les mots la perception qu’ils ont l’un de l’autre ou d’ébrécher par excès de bavardage leur fraternité profonde’’).

Le jeune Nivard au soir de la mort de sa mère enterrée à la sauvette par une Eglise engluée dans des codes ineptes avait adopté pour devise : «Quaere Dei lumem post materiam, non gentes (Cherche la lumière de Dieu à travers la matière au mépris des humains)». Il y consacrera sa vie entre ciel et ténèbres ; cette dualité est peut-être la source profonde de son art…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une sélection d'autres livres de Bernard Tirtiaux
 
 
 
 
Les sept couleurs du vent
 
 
Le Puisatier des abîmes
 
 
Bernard Tirtiaux, coffret 3 volumes
 
 
Aubertin d'Avalon
 
 
Pitié pour le mal
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
Henri IV, tome 2 : Ralliez-vous à mon panache blanc !
(Michel Peyramaure)
 
 
Complétement cramé !
(Gilles Legardinier)
 
 
Corps et âmes tome 2 : ... qu'un amour t'emporte !
(Van Der Meersch Maxence)
 
 
Venge-moi !
(Patrick Cauvin)
 
 
C'est encore mieux à cinquante ans !
(Françoise Laborde)