PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
147 livres disponibles
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

Le vieil homme et la mort

 
 
 
 
Echange 'Le vieil homme et la mort' par 'Frantz-Olivier Giesbert' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Livre d'occasion format poche : 160 pages (105 g)
Editeur : 

Gallimard

Edition : 
12 juin 1997
Langue : 
Français

1 point
livre indisponible
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion
 
Le vieil homme et la mort, Frantz-Olivier Giesbert
 
Mitterand était meilleur et pire qu'on croyait.
Ce libertin du pouvoir s'aimait trop et se pardonnait tout. Mais il ne mentait pas tout le temps. Il ne se moquait pas de la misère du monde, ni du malheur des siens. Il était sincèrement pour l'égalité entre les hommes, plus qu'entre les sexes. IL avait la tête pleine du siècle des Lumières d'où il venait, après un crochet à la fin du XIXe, du côté de Thiers ou de Gambetta, selon les jours. Même quand les chandelles de l'Elysée se furent éteintes pour lui, il continua à tenir tête à la maladie qui crispait son sourire et alourdissait ses paupières sans jamais lui faire perdre son regard d'enfant mutin.
Il était l'homme qui disait sans cesse non ; non à De Gaulle, non au PC, non à son passé, non à son cancer, non à la mort. Avec lui, j'étais comme l'Hermione de Racine. Je l'aimais trop pour ne le point haïr ; je le haïssais trop pour ne le point aimer.
 
 
 
 
 
 
 
 
Une sélection d'autres livres de Frantz-Olivier Giesbert
 
 
 
 
L'Affreux
 
 
François Mitterrand
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
Pas de panique, maman est là !
(Françoise Laborde)
 
 
Arrêtez de piquer mes sous !
(Nicole de Buron)
 
 
Tout va pour le mieux !
(Alain Monnier)
 
 
Le "certain âge"
(Madeleine Chapsal)
 
 
Huis clos, suivi de "Les Mouches"
(Jean-Paul Sartre)