PocheTroc : le troc de livres de poche d
Echangez vos livres
format poche
Le troc de livres d'occasion : Comment ça marche ?
 
 
 
151 livres disponibles
  • Bénéficiez tout de suite de 7 points pour choisir vos premiers livres gratuits.
  • Gagnez des points en envoyant les livres que les autres abonnés vous commandent.
  • Avec ces points recevez gratuitement les livres d'occasion dont vous avez envie.
  • Troquez autant de livres que vous voulez.
Recherche
 
 
 
 

Le voile de la douleur

 
 
 
 
Echange 'Le voile de la douleur' par 'Sameem Ali' - livres d'occasion sur PocheTroc.fr

Auteur : 
Poche : 400 pages (200 g)
Editeur : 

Archipoche

Edition : 
3 janvier 2013
Langue : 
Français

1 point
En cours d'échange
Je veux échanger le livre d   Je veux recevoir gratuitement le livre d
ou
Acheter ce livre neuf ou d'occasion
 
Le voile de la douleur, Sameem Ali
 
J'avais six mois lorsqu'on m'a retirée à la garde de mon père pour me placer dans un foyer pour enfants. Ma mère, tombée malade après ma naissance, est retournée au Pakistan avec mes frères et soeurs. Pourquoi est-elle partie sans moi ? Pourquoi mon père ne l'a-t-il pas accompagnée ? Je l'ignore. M'entendant pleurer à longueur de journée et de nuit, les voisins ont prévenu les services sociaux. J'ai lu dans mon dossier que mon père, atteint d'une maladie mentale, n'avait pas été considéré apte à s'occuper seul d'un nourrisson. Lorsque ma mère est revenue avec toute la famille, les services sociaux ont pourtant continué à s'occuper de moi.
J'ai vécu au foyer les meilleurs moments de mon enfance. J'ai connu là-bas un bonheur que je ne devais plus éprouver jusqu'à l'âge adulte.
Mes souvenirs de cette période sont teintés d'une certaine frustration car, si je parviens à revoir vaguement mon quotidien, je ne me remémore pas grand-chose des personnes avec qui je le partageais ou de l'école maternelle. Les jours et les semaines se confondent. Je me rappelle les saisons, le froid et la neige en hiver, la chaleur et le ciel radieux en été, mais rien de plus. Cependant, le passé ressurgit parfois sans crier gare. Un soir, alors que je lisais une histoire, un flash-back m'a ramenée à une époque où quelqu'un me la racontait. J'entendais la voix de cette personne prononcer les mots juste avant que les miens ne se forment. Comme aucun membre de ma famille ne m'a jamais fait la lecture, il s'agissait probablement de la voix de Tatie Peggy, la dame qui s'occupait de moi au foyer.
Le souvenir le plus net que je garde du foyer pour enfants remonte au Noël de l'année de mes six ans, celui où j'ai reçu ma poupée Sindy. Avec les cinq ou six autres pensionnaires, nous attendions dans un état d'excitation croissante qu'on nous distribue les cadeaux empilés dans le grand salon. Tout en haut de cette montagne de présents, un paquet rouge scintillant m'était destiné. Un vif sentiment de joie m'a submergée lorsque je l'ai déballé. Même si j'adorais ma poupée mannequin, je ne l'ai pas emportée avec moi lorsque j'ai quitté le foyer pour aller vivre avec ma famille. Je l'ai regretté par la suite, ce qui explique sans doute que je me remémore si bien ce Noël. --
 
 
 
 
 
 
 
 
Ceux qui ont aimé ce livre ont aussi échangé :
 
 
 
 
Oeuvres, tome 1 : Traité de la réforme de l'entendement - Les Principes de la philosophie de Descartes - Pensées métaphysiques
(Spinoza)
 
 
Madame, vous êtes une prof de merde !
(Charlotte Charpot)
 
 
Ta carrière est fi-nie !
(Zoé Shepard)
 
 
Dieu que la mort est belle !
(Laurent Cabrol)
 
 
Maman, pas l'hôpital !
(Prefaut Jeanne-Marie)